Les 20 et 21 novembre derniers, l’équipe des Écoles compatissantes se réunissait à Kangiqsualujjuaq pour discuter des projets menés par les enseignants-ressources des Écoles compatissantes. Cette rencontre fut des plus inspirantes en plus d’offrir une excellente occasion de partager des pratiques exemplaires. Parmi les initiatives mises de l’avant par les enseignants-ressources se trouve un projet visant à relever le défi que pose l’assiduité des élèves à Quaqtaq. Ainsi, le groupe ayant le taux de présence le plus élevé à la fin du mois peut choisir l’activité de loisir mensuelle de toute l’école. Grâce à ce projet, l’école Isummasaqvik a été en mesure de faire passer le taux d’assiduité au primaire de 70 % à 90 %! Pour sa part, l’école Pitakallak a obtenu d’excellents résultats avec une collection d’outils sensoriels installée dans le « local bleu ». De plus, l’école Pitakallak dévoilera en janvier un « local d’harmonie », classe modèle pour les stratégies factuelles destinée à offrir un cadre stimulant.

Ajagutak School a réussi à améliorer les communications entre l’école et la maison en mettant en place un nouveau registre pour les communications avec les parents et en adoptant une stratégie « d’appels de renforcement positif » pour tous les élèves. L’école Jaanimmarik a travaillé d’arrache-pied pour habiliter les élèves de sorte qu’ils puissent réagir efficacement à l’intimidation. Elle a aussi mis sur pied le défi « Gestes de bonté spontanés » dans le cadre duquel, chaque classe s’est vue remettre un sac de suggestion dans lequel les enseignants et les élèves peuvent piger un geste à mettre en pratique. Les élèves ont pu ainsi découvrir jusqu’à quel point la gentillesse et la bonté pouvaient être intrinsèquement gratifiantes.  Dernier point, mais non le moindre, l’école Ulluriaq a mis au point une banque de stratégies à succès de niveau 1 et 2. Comme exemple de stratégie de niveau 1, les classes ont créé un « coin tranquille » pour aider les élèves à « se calmer » lorsqu’ils se sentent stressés ou fâchés. L’équipe-école a aussi mis en place des écrans de télévision un peu partout pour diffuser en boucle de l’information sur les stratégies de niveau 1. Une des stratégies de niveau 2 qui fonctionne bien à l’école Ulluriaq cible les élèves qui prennent des médicaments. Ces derniers participent en fait à un club des petits déjeuners où ils ont accès à un bon repas en attendant que leur médicament fasse effet. Ils peuvent ensuite se rendre en classe. Ce projet a permis à de nombreux élèves de profiter de meilleures matinées.

En plus de parler de ses succès, l’équipe des Écoles compatissantes a échangé sur les défis auxquels elle fait face en plus de faire des séances de remue-méninges pour trouver des solutions. Voici quels ont été les principaux défis déterminés : favoriser la participation du personnel; encourager le travail d’équipe au sein du personnel et assurer l’uniformité des interventions; améliorer les communications entre l’école, la commission scolaire et la communauté; s’assurer que la commission scolaire accorde la priorité aux Écoles compatissantes; abandonner le « mode punitif ».

Pour chacun des défis trouvés plus haut, voici respectivement les solutions proposées : former des petits groupes pour partager défis et succès, éventuellement lors de rencontres le jour 5; inviter les commissaires aux rencontres des équipes universelles et inviter les parents à passer une journée dans la classe de leur enfant; ajouter au bulletin un bref rapport sur le comportement de l’élève quant à chacune des valeurs de l’école ou sur sa compréhension de ces valeurs; publiciser les réussites des programmes PBIS et des Écoles compatissantes.

L’équipe est enchantée d’accueillir Brenda Linn au poste de conseillère pédagogique.  Elle apportera son soutien aux écoles Sautjuit, Pigiurvik, Ikusik, Isummasaqvik et Arsaniq. Elle se spécialise dans la lecture précoce, la littéracie en langue seconde et les déficiences en lecture. Elle a acquis beaucoup d’expérience en effectuant des évaluations psychopédagogiques et en assurant le tutorat auprès d’enfants du Nunavik à Dorval.

Sur la photo, de gauche à droite : Jenny McManus, enseignante-ressource pour les Écoles compatissantes (Pitakallak); Kathleen Erickson, enseignante-ressource pour les Écoles compatissantes (Ulluriaq); Maxime Rousseau, conseiller pédagogique pour les écoles Jaanimmarik, Ulluriaq, Kiluutaq et Asimauttaq; Dominique Tessier,  enseignante-ressource pour les Écoles compatissantes (Jaanimmarik), Diana McLaren-Kennedy, coordonnatrice du projet des Écoles compatissantes (et personne-ressource pour les écoles Pitakallak, Ajagutak, Tarsakallak); Paul Maggiolo, enseignant-ressource pour les Écoles compatissantes (Ajagutak), Chris Macpherson, enseignant-ressource pour les Écoles compatissantes (Ulluriaq). Absent : Frédérick Dubé, enseignant-ressource pour les Écoles compatissantes (Isummasaqvik).

Retour aux News