Programme d’histoire du Québec : Kativik Ilisarniliriniq demande un engagement renouvelé pour intégrer du contenu et un point de vue autochtone au matériel pédagogique élaboré par le ministère de l’Éducation

Montréal, QC (29 novembre 2018) – La semaine dernière, les modifications apportées aux manuels d’histoire du Québec ont reçu une couverture médiatique les présentant comme un gaspillage de fonds publics, pour lequel les peuples autochtones du Québec étaient blâmés. Dans le contexte de ces échanges publics dommageables qui ciblent les Premières Nations, Kativik Ilisarniliriniq souhaite exprimer son appui à la déclaration diffusée le 22 novembre dernier par l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL) et le Conseil en Éducation des Premières Nations (CEPN).

« Il est regrettable que les journalistes et les historiens interviewés par les médias au cours de la semaine dernière aient choisi de ne pas tenir compte des faits, préférant blâmer les experts autochtones pour ce qui devrait être perçu comme un premier pas vers un programme d’études amélioré en histoire » de déplorer Robert Watt, président de Kativik Ilisarniliriniq.

Tout comme l’ont fait les Premières Nations, les Inuits ont fourni leur expertise sur le programme d’études en histoire du Québec, en réponse à une invitation du ministère de l’Éducation du Québec. En mai 2017, Kativik Ilisarniliriniq publiait une déclaration dans laquelle elle déplorait le fait que les consultations sur le programme d’études et les manuels d’histoire avaient été lancées à la dernière minute, au moment où le programme avait en fait déjà été finalisé, et alors que la première édition des manuels était déjà sous presse. « Nous avions l’impression que le ministère de l’Éducation était plus intéressé à ce que nous endossions le programme d’études en histoire tel qu’il était proposé plutôt que de vraiment chercher notre collaboration afin d’améliorer ce programme » de dire M. Watt.

Le succès et le bien-être des élèves du Nunavik sont la priorité de Kativik Ilisarniliriniq. À ce titre, il est de l’intérêt de la commission scolaire que le personnel non inuit qu’elle recrute aient été exposé à un contenu « à teneur autochtone élevée » dans le cadre de l’instruction reçue à l’école.  « Mieux vous comprenez un contexte, plus vous êtes apte à y fournir votre expertise professionnelle. Il est évident que nos élèves bénéficient directement d’un programme d’études en histoire qui intègre une vision du monde autochtone, et présente le patrimoine et les contributions des premiers peuples à une histoire qui nous partageons tous » d’affirmer Robert Watt.

Pour combler le vide actuellement laissé par le programme d’études et les manuels d’histoire du Québec, la commission scolaire prépare son propre manuel d’histoire, fondé sur la réalité circumpolaire dans un contexte québécois, canadien et mondial moderne. « Plus de 90 % de nos élèves sont d’origine inuite ou crie; ces élèves méritent d’avoir accès à un programme d’études et à des manuels d’histoire dans lesquels ils sont représentés » de conclure M. Watt.

À propos de nous :

Kativik Ilisarniliriniq, la commission scolaire du Nunavik, a été créée en 1975, en vertu de la Convention de la Baie James et du Nord québécois (CBJNQ). Depuis 1978, elle est le pourvoyeur exclusif des services éducatifs offerts à la population du Nunavik. Dans le cadre de la CBJNQ, la commission est habilitée à élaborer et à dispenser des programmes et des services d’éducation particuliers destinés à assurer la protection et le développement de la langue, de la culture et du mode de vie inuits. Les programmes d’éducation élaborés par Kativik Ilisarniliriniq sont offerts dans les écoles des 14 communautés du Nunavik, en inuktitut comme langue maternelle, puis en anglais et en français comme langues secondes. La commission scolaire compte 17 écoles primaires et secondaires, de même que 5 centres d’éducation des adultes et un centre d’études précollégiales. Pour de plus amples renseignements à notre sujet, nous vous invitons à visiter www.kativik.qc.ca.

— 30 —

Pour toute demande d’information, veuillez communiquer avec :

Jade Duchesneau-Bernier, coordonnatrice des communications,  514 482-8220, poste 309

Retour aux Press release