Le Conseil des commissaires de Kativik Ilisarniliriniq est insatisfait de l'absence de progrès dans l'élimination des disparités affectant les conditions de travail de ses employés syndiqués

Montréal, Québec (Le 15 juin 2021) – Lors de sa rencontre du 10 juin à Kuujjuaraapik, le Conseil des commissaires de Kativik Ilisarniliriniq a exprimé son insatisfaction face à l’absence de progrès visant à éliminer les disparités affectant les conditions de travail de ses employés syndiqués. Ces disparités trouvent leur origine dans des conventions collectives qui ne représentent pas les intérêts des Nunavimmiut syndiqués et engendrent un clivage ethnique au sein de la main-d’œuvre de la commission scolaire.

« C’est quelque chose que Kativik Ilisarniliriniq essaie de régler depuis plus de 20 ans, a déclaré Sarah Aloupa, présidente de Kativik Ilisarniliriniq. « En tant qu’organisme, nous voulons pouvoir offrir les mêmes conditions de travail à tous nos employés, qu’ils soient recrutés au sein de nos communautés ou à l’extérieur du Nunavik » a-t-elle ajouté.

Les commissaires ont exprimé l’espoir que cet objectif puisse être atteint par le biais de négociations avec les représentants du comité de négociation patronal de la commission scolaire Kativik (CPNCSK). « Nous négocions de bonne foi, mais nos demandes ne sont pas prises au sérieux, a déclaré Mme Aloupa. Les conventions collectives avec lesquelles nous travaillons sont un exemple parfait de racisme systémique. Elles n’ont pas été conçues par des Inuits; la voix et les demandes des Inuits n’ont pas été entendues et, par conséquent, elles ne répondent pas aux besoins des Nunavimmiut. Malgré nos constants efforts au fil de nombreuses années de négociations de ces conventions collectives, nous ne sommes toujours pas arrivés à rectifier cette situation », a poursuivi Mme Aloupa.

Le Conseil des commissaires est déterminé à exercer les droits garantis à Kativik Ilisarniliriniq en vertu de la Convention de la Baie James et du Nord québécois (17.0.68), qui lui permettent de négocier directement les conditions de travail de ses employés (à l’exception du salaire de base, des avantages sociaux de base et de la charge de travail de base). En outre, le Conseil des commissaires a souligné que cet objectif devrait également être poursuivi par des moyens juridiques, notamment la cause connexe que Kativik Ilisarniliriniq a déposée devant la Cour supérieure du Québec en 2016.

À propos de nous  :

Kativik Ilisarniliriniq a été créée en 1975, en vertu de la Convention de la Baie James et du Nord québécois (CBJNQ). Depuis 1978, elle est le pourvoyeur des services éducatifs offerts à la population du Nunavik. Dans le cadre de la CBJNQ, Kativik Ilisarniliriniq scolaire est habilitée à élaborer et à dispenser des programmes et des services d’éducation particuliers destinés à assurer la protection et le développement de la langue, de la culture et du mode de vie inuits. Les programmes d’éducation élaborés par Kativik Ilisarniliriniq sont offerts dans les écoles des 14 communautés du Nunavik, en inuktitut comme langue maternelle, ainsi qu’en anglais et en français comme langues secondes. La commission scolaire compte 17 écoles primaires et secondaires, de même que 6 centres d’éducation des adultes. Pour de plus amples renseignements, visitez : www.kativik.qc.ca

— 30 —

Pour toute demande d’information, veuillez communiquer avec :

Jade Duchesneau-Bernier, Coordonnatrice des communications

514 797-8220 ou 1 800 361-2244, poste 309 | publicrelations@kativik.qc.ca

Retour aux Press release